07-07-11 23:34
Soirée Dansante du 29 octobre 2011

... pour soutenir les actions de SIM ...

[details]

19-01-11 20:44
Web-Meeting

Conférence en ligne !

[details]

05-10-10 18:10
Ravakarts.com

Promotion de l'Artisanat Malgache

[details]

04-10-09 19:33
Malesan'i Albert

[details]

...
11-04-08 14:14
Mutuelle de Madagascar

Entan-jaraina Mora Zaka ...

[details]

...

Présentation

La Région Sofia se trouve sur la côte Nord-Ouest de Madagascar. Elle fait partie de la Province Autonome de Mahajanga. S’étendant entre les 14° et 17° latitude Sud et 47° et 49° longitude Est, elle constitue un vaste territoire d’une superficie de 52.504 km² , soit à peu près 8,5% de la Grande Ile et 33,4% de la Province. Le Chef-lieu de la Région, Antsohihy se situe à 440 km environ de Mahajanga, sur la RN6 qui rejoint Antsiranana. Elle est délimitée par les Régions de SAVA et DIANA au Nord, par ANALANJIROFO et ALAOTRA MANGORO à l’Est, par BETSIBOKA au Sud, par BOENY au Sud-Ouest et par le canal de Mozambique à l’Ouest

Communication et information

La Région de la Sofia, comme la majorité des Régions de la province de Majunga, est fortement handicapée en matière d’information et de communication, par rapport aux autres Régions de Madagascar. Les anciens services de la DAIEC ont été implantés comme service d’information, d’animation rurale et de coopérativisation dans toutes les Districts. Actuellement, ils n’existent plus. Seuls les représentants de la radio et télévision publiques locales assurent le bon fonctionnement des relais de diffusion de la TVM et la diffusion occasionnelle des informations locales à travers la RNM par Ampitampitao. Aucune radio publique locale à modulation de fréquence (FM) n’existe dans la Région.

Le réseau téléphonique

Les 6 Districts de la Région de Sofia, sauf à Mampikony, sont dotés de centres téléphoniques et de Cabines téléphoniques avec la tehnologie IMMARSAT &/ou GULFSAT. Outre le prix exhorbitant exigé pour leur accès, leur fonctionnement laisse à désirer. Antsohihy vient d’être doté du nouveau réseau TELMA, avec la technologie numérique. On peut se communiquer même avec les appareils portables. Depuis 2004, déjà plus de 400 abonnés ont souscrit et exploitent le réseau Telma. La population peut accéder au net facilement. Seulement les prix dans les cybercafé privés sont encore inaccessibles au public :
100 à 200 ariary la minute. D’après les responsables de TELMA, en un an seulement, les investissements engagés ont été déjà totalement récupérés. Les autres réseaux de communication ne sont pas encore présents dans la région, malgré les souhaits de la population.

Les Informations audiovisuelles


Tous les Districts ont accès uniquement à la Radio nationale par onde courte ou onde moyenne. Au dernier recensement 2005, il existe au moins une chaîne de radio privée à FM (modulation de Fréquence) dans chaque District de la Région SOFIA. On peut citer :

ANTSOHIHY : Radio MBS ( Malagasy Broadcasting System ).
PORT BERGE : Radio Feon’i Boriziny
MAMPIKONY : Radio Feon’i Bemarivo
ANALALAVA : Radio Feon’I Narindra
BEALANANA : Radio Ala Voly
MANDRITSARA : Radio Feon’I Androna
 

Seul le District de Befandriana n’est pas équipé de station radio FM. Notons que, à part MBS, qui assure aussi le relais d’information nationale en provenance de Tana, les autres stations diffusent principalement des émissions culturelles et de divertissement.
Par contre tous les Districts ont chacun une station de rediffusion de la Télévision nationale, qui ne touche qu’une minorité de la population, car le niveau d’équipement TV des ménages est encore très bas (- de 10% - source Etude UNICEF).

Seule la radio touche plus de 40% des ménages. Chaque District a la possibilité de diffuser des productions TV locales, conçus avec des moyens de bord. Mais ils sont handicapés par la faiblesse de leur capacité et aussi par l’absence des moyens adéquats.

Les réseaux d’information locaux s’occupent aussi de la communication et la diffusion des informations locales au niveau national par le biais de la TVM et de la RNM.

Seul le BLU est le moyen qui existe pour se communiquer entre les Districts. Quelques Communes en disposent déjà. Cette situation favorise l’insécurité dans la Région et alourdit la responsabilité des services de sécurité (Gendarmerie et Police). Le développement de l’économie et le social paie à prix fort cet handicap majeur.

La presse écrite brille de son absence. Depuis l’apparition du journal « Le quotidien », le capital régional commence à bénéficier de ce quotidien, comme autre source d’information.

En matière d’accès à l’information internationale, quelques dizaines de familles seulement disposent d’antennes paraboliques.

 

Le milieu humain et social

Population et démographie :


Effectif


La projection du recensement Général (RGPH) mentionne que la Région Sofia compte, en 2005, avec un taux de croissance moyenne de 2.8%, aux environs de 985 000 habitants qui représentent 49,6% de la population totale du Faritany de Mahajanga (2 085 000) et classent la Région au 6è rang en terme de population. La densité moyenne de la population est de 15,4 habitants au Km² . Cette population est inégalement répartie dans l’ensemble de la Région. La plus forte concentration se trouve à Antsohihy (capitale Régionale) avec 21,2 habitants au km² et la plus faible se trouve à Analalava : 8,4 habitants au km².

Taux d’accroissement naturel, natalité et mortalité


Le taux de natalité de 3,9% est inférieur au taux de natalité national qui est de 4,5% en 1990 (Enquête Dirasset) et de 4,33% en 1992 (Enquête Nationale Démographique et Sanitaire).

Le taux de mortalité est de 0,6¨%. Un tel taux de mortalité est tout à fait irréaliste (la moyenne nationale est de 1,53% en 1992) et peut signifier simplement que les décès n’ont pas été déclarés aux agents du RGPH.

Composition et répartition


La Région SOFIA est caractérisée par une population très jeune, car plus de 45 % de la population ont moins de 15 ans. Ce qui traduit une réelle expansion démographique qui est due essentiellement à la forte fécondité que connaît la zone. La charge familiale est assez pesante : 7,2 personnes par ménage en moyenne.

Population urbaine et population rurale


Un déséquilibre spatial est observé entre l’Est et l’Ouest, l’Ouest littoral étant plus peuplé que l’Est. Le taux d’urbanisation, qui est de 9,15%, est assez faible. En réalité, il n’y a pas de véritable ville. Seuls les chefs-lieux des Districts d’Antsohihy, de Mandritsara et de Befandriana présentent des taux d’urbanisation supérieurs à 10%. A noter que la seule activité florissante dans les villes est le commerce.

La composition ethnique


Sofia est une Région pluriethnique. Toutes les ethnies y sont présentes avec une forte domination des Tsimihety. Presque 70% de la population sont constitués de Tsimihety, sauf à Analalava où la majorité des habitants est constituée plutôt par des pêcheurs Sakalava. Les originaires du Sud-Est et du Sud sont beaucoup plus nombreux dans les districts producteurs de cultures industrielles tels que Mampikony et Port-Bergé.

Les gens venant des Hautes Terres, à part ceux qui s’occupent des petits commerces, préfèrent les zones de basses plaines favorables à la riziculture et aux cultures maraîchères. 25% de la population de Bealanana sont formés de Sihanaka, de Merina et de Betsileo.

Les mouvements de peuplement


Depuis quelques décennies, migration définitive des Tsimihety en direction de l’Ouest, dans les District d’Antsohihy, de Port-Bergé et de Mampikony ( plus de 70 %)
Migration temporaire des jeunes pour les travailleurs saisonniers dans le sud (dans les labandes) En ce qui concerne la migration à l’extérieur de la Région, SOFIA est à la fois une zone de départ et une zone d’accueil de populations éthniquement très variées. Des migrants originaires des Hautes-Terres centrales (Betsileo - Merina - Sihanaka), du Sud-Est (Antaisaka – Antandroy) sont enregistrés dans les zones de cultures d’exportation. Et des migrations des jeunes pour les port de Mahajanga et pêcheries ; dans les plaines de Marovoay et des haute terres pour la Région SAVA.

La santé


Depuis 1993, la couverture sanitaire de la Région SOFIA est assez faible. Elle n’est assurée qu’à 8 % pour les Fokontany et à 26 % pour les Communes. Mais depuis 2002, avec les efforts initiés par le Gouvernement, la situation commence à s’améliorer.

Infrastructures sanitaires


La répartition des Districts Sanitaires ainsi que celle des formations sanitaires ne coïncident pas obligatoirement à la division administrative des Districts
En général, chaque Commune est dotée d’au moins un Centre Sanitaire de Base, chaque District d’un Centre Hospitalier de District niveau 1 c’est à dire dépourvu antenne chirurgicale. L’ensemble de la Région compte 164 formations sanitaires publiques dont 90 CSB 1, 68 CSB2, 6 CHD 1.
Selon les données de 2001, au total, 62 médecins et 276 paramédicaux, dont 47 sages-femmes assurent la couverture sanitaire dans toute la Région.
La plus forte concentration se trouve à Antsohihy avec 14 médecins, suivi par Mandritsara avec 11 médecins dont 1 spécialiste.

Infrastructures privées


Un Centre Hospitalier de District privé financé par « Batiste Biblique » dont l’antenne chirurgicale se trouve à Mandritsara. 3 Centres de Santé de Base sont dirigés par un médecin à Mampikony (2) et à Bealanana (1) (SAF/FJKM ). A Antsohihy, le seul dispensaire existant est tenu par les Soeurs.

La Région bénéficie d’aides importantes en matière d’infrastructures sanitaires. Tous les Districts y ont fait l’objet d’importants dons d’équipements par des bailleurs de fonds ( notamment le FED), par les Indo-Pakistanais (Association de DR KODJHA ) et par des associations internationales.

Charge démographique par personnelignant


La charge démographique moyenne par médecin est de 10 805 habitants en 2001. Ce ratio est inégal pour tous les districts. Il atteint 17 732 habitants par médecin à Befandriana, 16 275 à Port-Bergé et 15 817 à Bealanana contre seulement 4 411 habitants par médecin à Antsohihy.

Pour la Région, on peut avancer 1 infirmier pour 4 033 habitants, 1 sage-femme pour 6 698 et 1 aide-soignant pour 7 718.
Cette situation s’est fortement améliorée en 2003 avec la décision du Gouvernement d’embaucher de nouveaux médecins.

Eau potable


Le taux de disponibilité en eau potable devrait être de 8,8 % en milieu urbain et de 5,57 % en milieu rural (dans la province de Mahajanga). Pour la SOFIA est 0,23%.

En général, les chefs-lieux des District sont desservis par les installations d’eau potable gérées par la JIRAMA .
En milieu rural, les infrastructures d’approvisionnement en eau potable sont constituées par des adductions d’eau qui sont en majorité gravit aires, mais il existe également des adductions d’eau par pompage, des puits (avec ou sans pompe à main), et des forages. Le taux d’accès de la population est de 5,5 %. Les autres points d’eau (sources, rivières, etc.) en milieu rural ne sont pas inventoriés.

Morbidité


Les trois principales causes de morbidité sont, pour l’ensemble de la Région, la fièvre (paludisme), l’infection respiratoire aiguë (IRA) et les maladies diarrhéiques. D’autres maladies endémiques ont été également répertoriées, telles que la tuberculose, la bilharziose, la lèpre et les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST).

Enseignement et éducation


Enseignement primaire et secondaire


  • Infrastructures 

Depuis 1975, le pouvoir public a énormément investi dans le secteur éducation grâce aux efforts de la population, le nombre des établissements scolaires a triplé de 1975 à 1982. L’on note cependant que de 1982 à 1990, une dégradation flagrante du système éducatif a été enregistrée. Elle se traduit par des fermetures d’écoles, de mauvais résultats scolaires et par une baisse des effectifs des élèves. Depuis 2002, d’année en année, avec les efforts initiés par le Gouvernement (prise en charge des frais, distribution de kits scolaires, construction de nouvelles salles de classe et réhabilitation d’écoles), une hausse spectaculaire des effectifs et une réduction importante du taux de redoublement ont été enregistrée.

  •   Enseignement public

En 2000-2001, l’infrastructure scolaire de la Région est composée de 1 072 Ecoles Primaires Publiques dont 158 sont fermées, de 41 Collèges d’Enseignement Général et de 7 lycées au niveau des chefslieux de District. Malgré l’entrain de la population pour les travaux collectifs de construction des bâtiments, 14 % du total des établissements sont fermés. Avec les efforts du Gouvernement actuel, la majorité de ces établissements ont été réouvertes. L’effectif des élèves des écoles primaires publiques est de 129 191 pour l’année scolaire 1999 - 2000 avec 1 851 instituteurs permanents, soit une charge moyenne d’environ 70 élèves par maître. Cette charge, très élevée atteint 84 élèves par maître à Befandriana, et 74 à Bealanana.

  •  Enseignement Privé

Les infrastructures publiques sont renforcées par celles du secteur privé. En effet, on constate qu’aucun établissement privé n’est fermé, car les infrastructures y sont mieux entretenues et sont mieux équipées en matériels didactiques et logistiques.
On enregistre 14 écoles primaires, 14 écoles secondaires du premier cycle et 7 écoles secondaires de second cycle. Notons que le taux des effectifs scolarisés est de 52 % féminin dans l’enseignement privé. L’effectif des élèves des écoles primaires privées est de 10 278 pour l’année scolaire 1999 - 2000 pour 225 instituteurs permanents, soit une charge de 46 élèves par enseignant.

  • Taux de scolarisation

En 2000, un taux de scolarisation élevé de plus de 80 % est constaté dans l’ensemble de la Région pour les élèves de moins de 10 ans. Au-delà de cet âge, une baisse significative du nombre d’enfants scolarisés est observée. Ceci confirme le désintéressement des parents en milieu rural vis-à-vis de l’enseignement. On constate l’augmentation en nombre d’enfants
travaillant aux champs.

  • Taux de réussite aux examens

Pour l’année 1999-2000, 36 % seulement des effectifs admis au C.E.P.E arrivent jusqu’au B.E.P.C, et 45 % des admis au BEPC arrivent au BAC. Le ratio élève-enseignant encore élevé (70 élèves/enseignant) dans le public se traduit par un encadrement insuffisant, entraînant des taux de réussite faibles (moins de 60 % de réussite aux examens du CEPE en 1999 / 2000).
L’écart entre les résultats du public et du privé est important, près de 20 points d’écart pour le CEPE 1999 / 2000, par exemple.

  • Autres enseignements

On n’enregistre dans la Région qu’un Lycée Agricole, sous tutelle du Ministère de l’Agriculture à Mampikony, mais qui ne fonctionne plus actuellement et un collège agricole, fonctionnel il y a un an, sous tutelle d’une association locale (FFTS), financé par le FERT qui dispense des formations pour les agriculteurs sur les technologies modernes. Cependant quelques écoles ménagères tenues par la Mission Catholique existent à Antsohihy, Analalava, Befandriana et Mandritsara.

 Infrastructures socio-culturelles


Activités sportives et Culturelles


La Région SOFIA est une des communautés où la croyance traditionnelle est encore fortement enracinée. La majorité de la population la pratique habituellement. Les Doany sont des lieux sacrés et très respectés par la population.

En matière de divertissements, l’une des cultures les plus prisées par les jeunes de la Région est le « moraingy » (boxe malagasy) et le « tolon’omby » (immobilisation de Zébu). Le moraingy se pratique en plein air, tandis que le « tolon’omby « dans des enceintes clôturées et aménagées à cet effet. Les 6 Districts, à part Antsohihy, possèdent chacun des salles de fête publiques ou « Tranompokonolona ». Le sport classique moderne est pratiqué partout dans la Région. Des CAPJ, Centre d’Animation pour les Jeunes, ont été construits. Un centre culturel de l’Alliance française est ouvert à Antsohihy. Les Vidéo Clubs et les locations de films vidéo sont très développés dans la Région, et même au niveau des Districts.

Ce n’est seulement qu’à Antsohihy qu’on peut surfer dans un Cybercafé. Les autres Régions n’ont pas d’accès téléphonique.

Religions


La Religion catholique de la Région est prise en charge par les deux Diocèses d’Ambanja et de Port-Bergé (nouvellement créé) dirigés chacun par un Evêque. Chaque Diocèse est constituée de Paroisses qui regroupent chacune à leur tour plusieurs Communautés de Base ou Fiangonana.

La religion protestante et la Religion Luthérienne, sont aussi très actives dans la Région. Les zones où évoluent les Fiangonana FJKM, sont sous la direction du SYNODAM-PARITANY TELO (3). Les activités de développement des FJKM se font par le biais d’un Organisme de Développement appelé SAF (Sampana Asa momba ny Fampandrosoana).

La religion adventiste est aussi présente dans la Région. La mission de Mahajanga est sous la supervision directe de l’Union Adventiste à Madagascar. Elle est composée de quatre Régions (la Sofia, Boeny, Melaky et Betsiboka). Pour la religion musulmane, actuellement la Région ne connaît que deux sous-regroupements de la Religion Islamique à savoir, les sectes SUNITES et les CHIITES..

Typologie sous-Régionale

Les paramètres physiques et agro-écologiques font état de deux sous- ensembles Régionaux :

la zone des Hauts Plateaux du Nord et la zone basse du Nord-Ouest.

Quatre des sous-préfectures ( Antsohihy, Port-Bergé, Analalava, Mampikony) appartiennent à la zone agro-écologique du Nord-Ouest, et trois (Mandritsara, Befandriana- Nord et Bealanana) constituent les Hauts-Plateaux du Nord.

La zone haute, à plus de 1.000 m d’altitude, constitue le Nord-Est et l’Est. Il s’agit d’une zone fortement dégradée, parcourue fréquemment par des feux de brousse. Les hauts plateaux du pays de l’Androna correspondent à une zone de riziculture irriguée traditionnelle soutenue par l’élevage bovin. Les cultures sur brûlis et les cultures de rente sont très développées dans les sols ferralitiques lessivés. La partie septentrionnale (moitié nord d’Analalava) constitue une sous zone de production de cultures pérennes largement représentées par le café , le poivre et le cacao. La partie centrale (moitié Sud d’Analalava) et toute la souspréfecture d’Antsohihy est un secteur quasi-exclusif des cultures vivrières avec prédominance de la riziculture traditionnelle.

Le secteur sud, Sous-préfecture de Port-Bergé et de Mampikony, constitue le domaine des cultures industrielles sur baiboho avec association des cultures vivrières et maraîchères sur près de 65 % de la superficie de la zone. La zone basse ou « baiboho » inclut la partie Ouest et Nord-Ouest où se trouvent alternés plaines, collines et lambeaux de plateaux résiduels.

Les zones de production sont concentrées dans les dépressions (Ankaizina), lacs, baiboho et vallées (la Loza, la Sofia et surtout la Bemarivo). Les sols, enrichis par des apports fluviaux sont favorables aux cultures vivrières diversifiées ( riz, manioc, maïs, bananiers, canne à sucre, oignons…) et industrielles ( tabac, coton).

Le milieu physique

Le relief et le paysage


Située au pied des hautes terres et ouverte sur le canal de Mozambique, la Région de la SOFIA met en évidence trois ensembles bien distincts : les plateaux, la plaine et le littoral. Les plateaux : Il s’agit de plateaux gréseux et basaltiques,
très disséqués par l’érosion avec des vallées étroites portant une forêt sèche sur des sols ferrugineux lessivés ou des
dalles basaltiques peu aptes aux cultures.

La plaine : La zone basse, inférieure à 1 000 m d’altitude se trouve au pied du  massif de Tsaratanàna.

A l’Est, s’étend un couloir dépressionnaire, constitué d’une mosaïque de cuvettes, de lacs et de baiboho, fortement alimenté en eau et alluvionné périodiquement par les deux grands fleuves de la Loza et de la Sofia.

Au Sud, prédominent les baiboho qui s’étendent vers l’Ouest sur le plateau de Bongolava.

Le littoral : Il est formé par des plaines côtières, et de côtes d’une longueur de 450 kilomètres, lesquelles se trouvent parsemées de formes volcaniques boisées. Les apports continentaux des fleuves ainsi que le niveau des marées y ont développé des vases salées, colonisées par la mangrove favorable au développement de la pêche.

La Pédologie


On observe différents types de sols dans la Région Sofia : un complexe de sols ferrugineux, qui forme les plateaux de Bealanana et Befandriana, un complexe de lithosols et sols calcimorphes dans la presqu’île d’Ampasindava, un complexe de lithosols, sols calcimorphes et sols hydromorphes, dans les Districts d'Antsohihy et Port-Bergé,
un complexe de lithosols et sols peu évolués à Mandritsara et à Befandriana,

  • une association sols ferralitiques jaune/rouge + rouge à Analalava, Bealanana,
  • une association sols ferralitiques rouge + jaune/rouge dans les Districts de Bealanana, Befandriana, et dans une moindre proportion à Analalava et à Mandritsara,
  • des sols peu évolués dans le District de Port-Bergé en bordure de la Sofia,
  • des sols salés et de mangrove aux embouchures des fleuves,
  • des sols ferrugineux tropicaux dominant les Districts de Mampikony, Port-Bergé, Antsohihy et Analalava,
  • des sols ferralitiques jaune/rouge formant les hauts plateaux de Mandritsara,
  • des sols hydromorphes formant les plaines de Bealanana, Befandriana et un peu à Mandritsara,
  • des sols calcimorphes dans le District d’Antsohihy,
  • des sols sableux sur les côtes d’Analalava,
  • des sols ferralitiques rouges dans le District de Befandriana.

La Géologie


La Région est formée essentiellement par deux types de terrains : les terrains sédimentaires et les terrains cristallins.

Les terrains cristallins qui constituent l’essentiel des paysages à l’intérieur de la Région dont :

- un système du Vohibory, dans les Districts de Port-Bergé et de Mampikony,
- un système de graphite, dans les Districts de Bealanana, Befandriana Nord, Mandritsara et pour une partie à Antsohihy,

- l’Infra-graphite, dans la partie Est de Bealanana, Befandriana Nord et Mandritsara,
- le granite, qui forme des collines rocheuses et se trouve surtout à Befandriana et Mandritsara et sur une partie de Bealanana.

Les terrains sédimentaires qui couvrent la zone côtière et s’avancent même à l’intérieur pour former des plateaux à faible altitude (plateaux de Manasamody). Parmi ces terrains sédimentaires, on peut citer :

- le néogène lacustre, qui se trouve sur la partie est de Befandriana,
- le volcanisme néogène, dans le District de Bealanana qui forme la cuvette de l’Ankaizina,
- le volcanisme crétacé, qui forme les plateaux : plateau de Manasamody du District d’Analalava, prolongé par le plateau de Bongolava à Port-Bergé et à Mampikony,
- le jurassique, qui existe dans les Districts d’Analalava et d’Antsohihy,
- l’Isalo, qui traverse la Région d’Analalava jusqu'à Mampikony,
- le Nummulitique, qui forme la presque île d’Ampasindava dans le District d’Analalava.

Le climat, la météorologie et la température

Le climat est de type sub-semi humide, caractérisé par deux saisons bien distinctes, sèche de Mai à Octobre, humide de Novembre à Avril. Il varie suivant l’altitude, les plateaux Nord étant moins arrosés et plus frais que les zones littorales.

Il fait plus chaud sur les côtes que sur les plateaux (Bealanana - Mandritsara).

La Région SOFIA dispose de deux stations météorologiques : Antsohihy et Analalava.

Les températures de la Région sont assez favorables à l’agriculture. La température varie suivant le climat et l’altitude. Elle est nettement élevée sur les zones côtières, où la température annuelle moyenne atteint 26°C.

En saison sèche, elle descend jusqu'à 13°7 C° à Bealanana qui se trouve à 1 125 m d’altitude. Elle est de 12°7 C à Mangindrano, au pied du massif Tsaratanana (carte n°3).

Dans le District de Bealanana, on observe une partie où la température peut descendre en dessous de 20° C (à Mangindrano : 12,7°C).

La Pluviométrie, les Vents et les Cyclones


La pluviométrie est caractérisée par une forte irrégularité. La saison humide commence en général au mois de décembre. Les pluies se concentrent sur 4 mois de l’année (décembre à avril). On peut assister à des précipitations violentes de quelques heures pendant la journée.

Dans l’ensemble, la variation des pluies est moins nette et la pluviométrie annuelle se situe entre 1.100 à 1.900 mm. Malgré le nombre élevé de mois secs, la pluviosité est favorable à la riziculture et aux cultures sur tanety.
La Région est soumise aux vents humides et réguliers de l’alizé « varatraza », qui souffle en permanence dans la direction Sud-Est à Est et de la mousson « talio », vent de direction Ouest-Est. L’alizé trop précoce peut diminuer la production du riz, en perturbant sa floraison.

La saison sèche d’avril en octobre est nettement propice aux vents qui soufflent à plus de 10Km/h sur la terre, leur vitesse peuvent dépasser 20 Km/h en mer, avec un maximum en novembre. En cas de passage de cyclone, le vent peut souffler jusqu’à 250 Km/h.

Les lacs


La Région possède de nombreux lacs. La majorité se trouve dans le District de Port-Bergé, avec plus de 10 lacs, dont on peut citer notamment, les lacs Tseny, Amparihy, Bemakamba, Marovariho. A Bealanana, le lac Sofia. A Mampikony, le lac Sinja et à Antsohihy, les lacs Andrampongy, Matsaboribe, Mangilihilia et Maroankoay.

Les Végétations


La Région de la SOFIA était réputée par ses couvertures forestières denses. Malheureusement, avec les feux de brousse incessants, l’exploitation forestière à outrance et les cultures sur brûlis, ces forêts se trouvent actuellement dégradées, ne laissant apparaître que des lambeaux forestiers bien localisés.

On peut distinguer :

• des forêts denses ombrophiles de moyenne altitude sur les montagnes de Bealanana, de Befandriana et d’Analalava,
• une forêt dense à mousses et lichens sur le massif de Tsaratanana ,
• des forêts denses caducifoliées sur les plateaux de Bongolava (Port- Bergé), de Manasamody (Analalava), de Bora (Antsohihy),
• des savanes herbeuses de l’Ouest à Hyparrhenia rufa, qui dominent les Districts de Mandritsara, Befandriana, Port-Bergé, Antsohihy et Analalava,
• des savanes arbustives ou à palmiers à Befandriana et Analalava,
• des « savoka » presque partout dans la Région (forêts secondaires après défrichement),
• des savanes et steppes à Aristida dans les Districts de Befandriana et Bealanana,
• des savanes herbeuses du Moyen-Ouest à Mandritsara et à Befandriana,
• des mangroves aux embouchures des fleuves Mahajamba à Port-Bergé et Loza à Antsohihy.

La Région compte aussi quelques rares forêts “ classées ”. Parmi ces forêts restantes on peut citer : la réserve spéciale d’AMBINIVINY Marotandrano, les forêts de Makiry et de Sahamalaza.

Composition du peuplement

Il faut retracer l’histoire du peuplement de la Région, car elle explique les valeurs et la culture de la communauté locale actuelle qui conditionnent les décisions à prendre, étant donné que les humains sont les principaux agents et acteurs de développement.

Une Région à dominance Tsimihety
De la partie Est, Bealanana- Befandriana – Mandritsara, à partir de Rantabe- Manambolosy, point de pénétration des Tsimihety et des Betsimisaraka sur l’île, les Tsimihety se sont dirigés vers l’Ouest, le seuil de l’Androna (800 m d’altitude). Ils ont occupé les plaines de Mandritsara et de Befandriana au cours du XIX siècle, lesquelles sont devenues le berceau du peuple Tsimihety. Très mobiles, ceux-ci ont envahi les plaines de Mangindrano et de Bealanana, peuplés à l’origine de Sakalava éleveurs et pêcheurs, les refoulant vers le Nord et l’Ouest (Analalava). Le pays Tsimihety s’étend ainsi sur toute la zone et l’occupation s’est faite par essaimage de la population d’une vallée dans l’autre. A l’origine, les Tsimihety avaient des coutumes et des systèmes de cultures analogues à ceux des Betsimisaraka (élevage extensif dans les zones basses, cultures en semis direct sur brûlis, cueillette …), puis avec la pression démographique (3,8%/an de taux d’accroissement) et l’établissement de concessions de type européen (caféraie, riziculture…) pendant l’ère coloniale, une évolution s’est observée dans les activités agricoles : cultures de bas-fonds, plantations de cultures de rente, exploitation des raphières…

Sur la partie Ouest (Analalava – Antsohihy – Port Bergé - Mampikony) par contre, le véritable peuplement de la zone date de la première moitié du XXème siècle avec l’établissement d’un roitelet Tsimihety en 1911 dans le village de Tsarahasina. Les Sakalava, originaires de la zone, étaient des pêcheurs et des éleveurs itinérants qui n’avaient nullement humanisé le milieu. Avec l’immigration des Tsimihety, provenant de Mandritsara- Befandriana, ils ont été refoulés vers le Nord ou vers l’Ambongo. Les Tsimihety, à vocation agro-pastorale, n’ont pu au début de leur installation maîtrisé le milieu, se contentant de quelques cultures vivrières sur les baiboho bas en saison sèche.

Une nouvelle dynamique avec l’immigration
On constate deux types d’immigration : l’afflux des immigrants, venusdes Hauts plateaux et du Sud-Est , date essentiellement del’installation des concessions et du développement urbain de Bealanana,devenu poste administratif  en 1900. Ces immigrations se sontaccentuées de plus en plus vers les années 90, depuis l’ouverture desRN32 (1989) et RN31 (1985). Elles favorisèrent l’extension des surfaces cultivées en riz, en maraîchage ( haricots, pommes de terres, arachides) et surtout celle du petit commerce et de l’artisanat (briqueterie, travail du bois). Toutefois, la zone de Befandriana Nord souffre encore de la sous-exploitation de ces richesses naturelles à cause de sa situation insulaire dans le Centre Nord de l’île.

Dans la partie Ouest, avec la colonisation et l’établissement des concessions européennes commence l’ère de la mise en valeur agricole de la zone, notamment celle des baiboho (1930-1931). Des plantations de tabac, pour les besoins de la métropole, envahissent les baiboho et font appel à de nombreux immigrants du Sud-Est (Betsirebaka), du Sud (Antandroy) et du centre (Betsileo, Merina).
Conjointement à ces immigrations, quelques familles indiens, ayant comme occupation principale le commerce, se sont intégrées complètement dans la communauté locale.

Situation administrative

La Région SOFIA fait partie des 4 Régions qui composent la Province Autonome de Majunga. Elle est géographiquement la plus grande et la plus peuplée. Avec une superficie de 52 504 km2, elle abrite en 2005, selon notre projection, plus d’un million
d’habitants, réparti dans 7 Districts : à savoir : Antsohihy au centre, comme chef-lieu de Région, Analalava à l’Ouest, Port-bergé, Mampikony au Sud et Bealanana, Befandriana, Mandritsara, à l’Est. Ces Districts sont subdivisés en 108 Communes.

Le District de Mandritsara, avec ses 28 communes, est le plus grand de la Région; le plus petit est celui de Mampikony, avec seulement 10 Communes. La Sofia est un regroupement de deux zones de planification de la Province de Majunga: la partie Est : Befandriana composée de Bealanana – Befandriana et Mandritsara et la partie Ouest : Antsohihy, composée d’Analalava, Antsohihy, Portbergé et Mampikony.

Analalava, un des districts situé le long de la partie Nord-Ouest de la SOFIA, était durant la période coloniale, le Chef-lieu de Province de cette partie Nord-Ouest de l’île. Durant la Première République, cette partie a été déclassée en Sous-préfecture, et devenue un coin de dépotoir des exclus de la Nation. Elle a été destinée pour emprisonner à Nosy Lava, dans une maison de force, tous les condamnés à perpétuité du pays. Actuellement elle est classée comme une Sous Région délaissée et presque oubliée. Historiquement, Sofia coïncide avec la délimitation de l’ancienne Préfecture d’Antsohihy composée de ses 7 Sous préfectures. Durant les débuts de la première République, cette partie de l’Ile jouait une place importante pour
l’économie de la Nation. La Baie de Narinda était utilisée comme un port commercial de Madagascar : des minerais y étaient exportés. Du fait de ses qualités et potentialités, Narinda aurait du devenir l’une des plus grandes et plus belles baies du
monde.

Dans la Région SOFIA, quelques services déconcentrés, hérités de la précédente Préfecture, existent déjà que ce soit dans le Chef-lieu, ou dans les autres Districts. Mais leur répartition est déséquilibrée. En résumé, durant la seconde et la troisième République, comparée aux autres Régions de Madagascar, SOFIA fut une Région délaissée, sous administrée et écartée. Même la route pour y accéder, reliant la partie Nord de l’île fut laissée dans un état de délabrement avancé.

Site compatible Internet Explorer 6+ & Firefox 2+

To top